En France, beaucoup de fumeurs choisissent de se tourner vers le vapotage pour se sevrer du tabac : la cigarette industrielle ou roulée est alors remplacée par un appareil électronique et des e-liquides.

Si certains voient en ce passage de la cigarette à la cigarette électronique une solution idéale et efficace, d’autres le redoutent, se demandant quels symptômes ils vont expérimenter. La respiration sera-t-elle tout de suite meilleure ? Le manque se fera-t-il ressentir ? Le sommeil sera-t-il impacté ? La cigarette électronique remplacera-t-elle facilement les cigarettes habituelles, etc. ?

Pour répondre à ces questions, penchons-nous sur les conséquences à court terme de l’arrêt du tabac et sur les effets que peut avoir l’utilisation de la cigarette électronique lors des premiers vapotages et par la suite.

passage cigarette à cigarette électronique

Naviguer dans l’article

Les effets génériques lors de l’arrêt du tabac

Lors du sevrage tabagique, qu’il y ait ou non un substitut comme la cigarette électronique, les effets sur l’organisme à court terme seront les mêmes :

  • normalisation de la pression sanguine et du taux d’oxygène;

  • diminution drastique de la quantité de monoxyde de carbone dans le sang;

  • élimination de la nicotine;

  • goût et odorat qui reviennent à la normale ;

  • amélioration de la respiration, de la capacité pulmonaire et de la vitalité, etc.

Toutes ces conséquences positives surviennent en quelques jours ou quelques semaines, et ne sont pas remises en cause par le vapotage (hors élimination de la nicotine suivant le type d’e-liquide et sa consommation, sujet évoqué dans le paragraphe suivant).

Toutefois, la cigarette électronique ne peut pallier certains effets désagréables qui peuvent aussi survenir dans les semaines qui suivent le sevrage du tabac. En arrêtant de fumer, il est effectivement possible de souffrir de toux, de problèmes de transit ou encore d’irritabilité pendant un certain temps. Si ces phénomènes peuvent décourager, ils sont en réalité le signe que le corps élimine toutes les toxines et que le cerveau se fait peu à peu à l’idée de ne plus être « nourri » de nicotine.

Atelier « Stand tabac & consultations individuelles »

Découvrez cet atelier de prévention collective pour sensibiliser vos salariés au tabagisme et présenter les différente formes d’aides à l’arrêt ; à l’occasion de faire également un bilan individuel avec un tabacologue.

Les conséquences du passage à la cigarette électronique en fonction du dosage nicotinique

Bien que certains doutes persistent sur les substances chimiques contenues dans les liquides des cigarettes électroniques, il est admis qu’elles sont moins nombreuses et moins néfastes pour la santé que les substances que l’on retrouve dans le tabac et la fumée de cigarette. Les anciens fumeurs qui deviennent vapoteurs ressentiront donc les mêmes bienfaits précédemment cités que ceux qui n’utilisent aucun substitut… ou presque.

En effet, si le vapotage ou l’exposition à la vapeur de cigarette électronique n’affecte pas la respiration, la tension artérielle ou l’odorat, on ne peut pas en dire autant quant à la dépendance physiologique à la nicotine. Voyons-y plus clair : si vous vapotez un e-liquide sans nicotine, le problème ne se pose pas. En revanche, si vous avez opté pour un e-liquide avec 3 mg, 6 mg, 9 mg ou plus de nicotine, vous allez continuer à délivrer cette substance à votre organisme. Or, c’est elle qui est responsable de la dépendance physique. Le risque est donc de maintenir l’addiction et de remplacer le comportement addictif à la cigarette classique par une dépendance à la vapoteuse.

Pire encore, si vous avez opté pour des liquides avec un taux de nicotine trop élevé par rapport à votre consommation de tabac actuel ou si vous vapotez beaucoup plus que vous ne fumiez, le seuil de nicotine que requiert votre cerveau s’élève, aggravant alors la dépendance. Le risque est d’autant plus fort qu’il est plus facile et plus tentant de vapoter que de fumer. Plusieurs raisons à cela : la cigarette électronique est tolérée dans des endroits où le tabac ne l’est pas, les goûts des e-liquides sont plus agréables que le tabac, la nicotine est délivrée moins rapidement qu’avec une cigarette traditionnelle, etc.

Pour éviter ce risque, suivez les consignes du fabricant ou les conseils du vendeur quant à la quantité de nicotine à choisir et diminuez peu à peu la dose au fil des semaines.

Les effets secondaires possibles de la cigarette électronique

Au moment de passer à la cigarette électronique, il est important d’en connaître les éventuels effets indésirables, et surtout les moyens de les éviter. Les symptômes les plus fréquents sont :

  • Les nausées et les maux de tête, signe de l’absorption d’une trop grande quantité de nicotine. Réduisez le dosage et/ou tentez de moins vapoter pour éviter ce symptôme.

  • La toux, qui peut être considérée comme « normale » au début, puisque la gorge doit s’habituer à la vape et parce que l’arrêt du tabac provoque une évacuation des toxines. Si la toux persiste, cela peut être dû à de mauvais réglages de la vapoteuse (résistance inadaptée, degré d’ouverture de l’entrée d’air). Demandez alors des conseils à un spécialiste des cigarettes électroniques pour trouver un réglage plus adapté.

  • L’irritation de la gorge, là aussi causée par un e-liquide qui ne vous convient pas ou par de mauvais réglages. Modifiez la puissance et/ou la résistance pour corriger ce problème.

  • La déshydratation (sensation de soif, bouche sèche), principalement causée par le propylène glycol présent dans les e-liquides. Outre l’hydratation plus régulière, essayez de passer à des produits avec moins de PG et réduisez la fréquence de vapotage.

Note : nous évoquons ici les effets à court terme et plutôt bénins de la cigarette électronique. Les études sur le sujet sont encore trop peu nombreuses et manquent encore de recul pour pouvoir affirmer que le vapotage n’entraîne aucun risque pour la santé.

Arrêter de fumer avec la vape : bonne ou mauvaise idée ?

Les éléments apportés jusqu’ici mettent en lumière que la cigarette électronique ne contre pas les bénéfices de l’arrêt du tabac. Toutefois, passer à la vapoteuse peut avoir quelques effets indésirables, qui sont parfois des causes d’abandon. N’oublions pas non plus que les e-liquides peuvent contenir des substances toxiques et des aérosols nocifs, et que la dépendance peut être entretenue par ce substitut au tabac.

Pour les fumeurs qui souhaitent dire adieu au tabagisme, l’utilisation de la cigarette électronique ne représente donc pas forcément une solution exemplaire. Néanmoins, si elle peut aider au sevrage tabagique et faire office de transition vers une vie sans tabac, elle constitue alors un moindre mal et peut faire prendre conscience de tous les bénéfices de l’arrêt du tabac tout en réduisant le risque de manque qui cause beaucoup d’échec chez les fumeurs soucieux d’arrêter.

Face à cette problématique, il paraît donc essentiel de faire de la prévention le maître-mot, que ce soit auprès des jeunes ou des moins jeunes, pour informer sur les risques pour la santé et sur le risque de dépendance de la cigarette classique et de la cigarette électronique. Ceci dans l’idée de dissuader quiconque de devenir un jour fumeur et d’inciter les fumeurs et vapoteurs actuels à prendre les mesures nécessaires pour sortir de l’addiction.

Sachez qu’il est possible de mener à bien cette prévention dans le milieu professionnel, dans une démarche de santé, de sécurité et de bien-être au travail. GAE Conseil peut vous accompagner à travers des guides thématiques regorgeant d’explications et de conseils sur le tabagisme et la vape.

Partager cet article

portrait Alexis Peschard

A propos de l'auteur :

Alexis PESCHARD est addictologue et le président-fondateur du cabinet GAE Conseil, cabinet aujourd’hui incontournable de la prévention des conduites addictives dans le monde du travail en France. Il dirige le Pôle Conseil en addictologie du cabinet et développe des projets en prévention primaire pour le compte de clients grands comptes et branches professionnelles. Il a fait l’objet de plusieurs centaines d’interviews en presse écrite, radios et chaînes de télévisions nationales. Il intervient enfin régulièrement dans le cadre de congrès scientifiques, journées d’études et est publié chaque année dans différentes revues RH, juridique... Il est l’auteur du livre « Tous accros aux écrans » publié aux éditions Mardaga.