Accueil > Qu’est-ce que la charte ESPER pour les entreprises ?
Les conseils prévention de GAE

Qu’est-ce que la charte ESPER pour les entreprises ?

La crise du coronavirus a mis en exergue un large spectre de problématiques addictives dans le cadre du travail et de la sphère privée. Les périodes de surcharge de travail, les arrêts d’activité imposés et le passage au télétravail ont en effet eu un impact sur les pratiques addictives des travailleurs, qu’elles soient liées à des produits consommés (alcool, cannabis, etc.) ou à des comportements (addiction au travail, aux écrans, etc.). L’enjeu des pratiques addictives au travail est de taille et a été placé au cœur du plan national de mobilisation contre les addictions (2018-2022).

C’est pour cette raison que le gouvernement a mis en place, en 2021, le plan ESPER. Focus sur les objectifs de ce dispositif qui vise à mobiliser tous les acteurs de l’entreprise, son fonctionnement et les organismes et personnes impliqués.
Charte Esper

Le dispositif ESPER : une action collective contre les addictions



L’acronyme ESPER fait référence au programme « les Entreprises et les Services Publics s’Engagent Résolument ». Il est né à la suite de la mise en place du plan national de mobilisation contre les addictions de la MILDECA (Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives) en 2018, qui s’est peu à peu préoccupé des comportements addictifs en milieu professionnel.

 

L’idée est de proposer un cadre, à travers une charte, afin que les entreprises prennent à cœur leur rôle de prévention face au risque d’addiction de leurs salariés pour passer d’une logique de réparation individuelle à une action de prévention collective primaire au niveau de l’organisation. Il s’agit d’une urgence d’intérêt public : même si le fait d’exercer une activité professionnelle semble diminuer le risque de dépendance à des substances ou à des comportements, les salariés ne sont pas à l’abri. Dans certains cas, le travail représente même un facteur déclencheur ou aggravant, à cause du stress, des relations conflictuelles, d’une surcharge de travail, d’une pression constante, d’horaires difficiles à tenir, d’un isolement à cause du télétravail et/ou du travail hybride, etc.

 

Bien sûr, les risques varient en fonction des professions, mais aucun métier n’est réellement épargné. La dépendance peut toucher n’importe quel individu, et il est désormais établi qu’il est du devoir des entreprises de faire de la prévention en organisant des actions de sensibilisation et en formant sa ligne managériale, voire d’accompagner les salariés en difficulté.

 

Quels sont les grands principes de la charte ESPER ?



Afin d’aider les décideurs d’entreprises, d’associations et de collectivités à mettre en place des mesures préventives face aux addictions, une charte a été mise en place dans le cadre du programme ESPER. Elle s’articule autour de 4 piliers, que nous allons détailler ici..



1. La définition d’un projet de promotion de la santé au travail


Le premier engagement des signataires de la charte est de mettre en place un projet global visant à prévenir les risques d’addiction. Pour cela, ils doivent faire équipe avec l’ensemble des parties prenantes à-même de favoriser la santé au travail, tels que les managers, les équipes RH, les représentants du personnel, etc. Ensemble, ces parties prenantes seront en mesure de déterminer les actions à mettre en place, avec pour objectifs principaux d’obtenir une meilleure qualité de vie au travail et d’améliorer les performances de l’entreprise. Cet engagement s’inscrit dans le cadre de la politique RSE de la structure concernée.

Construire une politique de prévention des addictions

Les équipes de GAE Conseil vous accompagnent pour construire une politique de prévention
des addictions adaptée à votre organisation pour viser l’excellence en santé-sécurité.

Construire une politique de prévention des addictions

Les équipes de GAE Conseil vous accompagnent pour construire une politique de prévention
des addictions adaptée à votre organisation pour viser l’excellence en santé-sécurité.

Découvrir

Construire une politique de prévention des addictions

Les équipes de GAE Conseil vous accompagnent pour construire une politique de prévention
des addictions adaptée à votre organisation pour viser l’excellence en santé-sécurité.

2. La mise en place d’un environnement propice au dialogue et à la confiance

 

Pour agir, il faut avoir conscience des difficultés et des conduites addictives rencontrées par le personnel. Il est alors primordial que les salariés se sentent en confiance et ne craignent pas de représailles immédiates suite à des comportements addictifs au travail. Cela passe par une grande transparence de la direction autour de ces sujets, d’une formation des responsables (cadres, RH et représentants du personnel) sur les addictions et de la mise en place d’espaces de dialogue autour des thématiques de l’addiction et des substances nocives (tabac, alcool, cannabis). Loin d’un contexte répressif et stigmatisant, l’idée est de lever les tabous et de permettre à chaque salarié de s’exprimer s’il en ressent le besoin.

Vous souhaitez organiser une action de prévention des addictions ?

Découvrez des formats de sensibilisation innovants pour permettre à vos salariés d’aller au-delà
de leurs idées reçues en délivrant des messages de prévention en santé publique
et santé-sécurité au travail.

Vous souhaitez organiser une action de prévention des addictions ?

Découvrez des formats de sensibilisation innovants pour permettre à vos salariés d’aller au-delà
de leurs idées reçues en délivrant des messages de prévention en santé publique et santé-sécurité au travail.

Découvrir les actions de prévention

Vous souhaitez organiser une action de prévention des addictions ?

Découvrez des formats de sensibilisation innovants pour permettre à vos salariés d’aller au-delà
de leurs idées reçues en délivrant des messages de prévention en santé publique
et santé-sécurité au travail.

3. La prévention face aux addictions et aux contextes favorisant la dépendance

 

Les dirigeants doivent aussi s’engager à mettre en œuvre des actions concrètes pour éviter les situations de dépendance. Cela passe d’abord par des actions de sensibilisation et des formations avec une communication au sein de l’entreprise.

 

Mais il convient également de s’intéresser de près aux situations propices aux conduites addictives (évaluation des risques par exemple) et de les modifier pour offrir un cadre de travail plus sécuritaire (gestion du harcèlement au travail, mise en place d’une charte de déconnexion pour favoriser l’équilibre vie privée-vie professionnelle, ajustement des horaires difficiles lorsque cela est possible, etc.).



4. L’accompagnement des salariés en difficulté

 

En complément des actions collectives, l’entreprise doit être capable de réagir aux situations individuelles, lorsqu’un travailleur laisse percevoir des signes de mal-être ou de conduites addictives. Les responsables peuvent alors rediriger le salarié en question vers les instances de santé au travail, voire vers des structures extérieures, qui l’accompagneront dans sa sortie de la dépendance. Et tout cela doit bien sûr se dérouler dans la confidentialité et l’anonymat, pour préserver la dignité du salarié et son intégration au sein de l’entreprise.



Pourquoi adhérer à la charte ESPER en tant qu’entreprise ?

Programme d'aide aux employés

GAE Conseil vous propose un Programme d'Aide aux Employés (PAE)
spécialisés en addictologie afin d'accompagner les collaborateurs en difficultés

Programme d'aide aux employés

GAE Conseil vous propose un Programme d'Aide aux Employés (PAE)
spécialisés en addictologie afin d'accompagner les collaborateurs en difficultés

Découvrir les PAE en addictologie

Programme d'aide aux employés

GAE Conseil vous propose un Programme d'Aide aux Employés (PAE) 
spécialisés en addictologie afin d'accompagner les collaborateurs en difficultés.

La charte ESPER vise avant tout le bien-être des salariés et s’inscrit dans une démarche de santé publique. Les engagements qu’elle implique sont un moyen pour l’entreprise de participer à une société plus sûre et plus épanouie.


Mettre en place de telles actions participe aussi à créer une meilleure ambiance de travail et à rétablir une confiance entre l’employeur et ses salariés.


Il faut aussi savoir que la prévention des conduites addictives peut grandement réduire les risques d’accident au travail. La consommation d’alcool, de cannabis, de médicaments ou d’autres drogues peut par exemple entraîner des accidents de la route (ex. : chauffeurs routiers, commerciaux itinérants, etc.), des accidents sur des machines industrielles, des chutes, etc. Cela est dramatique pour les salariés concernés et les éventuelles personnes qui en subissent les dommages collatéraux, mais a aussi des conséquences économiques pour l’entreprise. Par ailleurs, des individus dépendants, qu’il soit sous l’effet de substance ou en situation de manque, ont bien souvent une productivité moins élevée et peuvent prendre de mauvaises décisions. L’addiction est aussi une cause non négligeable de l’absentéisme au travail, qui peut coûter cher à une entreprise.


Partager cet article

D'autres conseils prévention en lien avec le sujet