Accueil > Guide des addictions > Les addictions aux substances psychoactives > Tout savoir sur l’addiction aux médicaments
 

Tout savoir sur l’addiction aux médicaments

Lorsque l’on évoque les addictions, les substances qui viennent à l’esprit sont surtout les drogues (cannabis, cocaïne, héroïne, etc.), l’alcool et le tabac. Pourtant, certains traitements pharmaceutiques peuvent aussi engendrer une situation de dépendance, qu’ils aient été prescrits par un médecin pour traiter une pathologie ou qu’ils soient détournés de leur usage premier.

Pour éviter de tomber dans le cercle vicieux de l’addiction aux médicaments, il est important d’être bien informé sur les risques et les symptômes d’un tel comportement addictif. C’est pourquoi nous vous expliquons ici tout ce qu’il faut savoir sur l’addiction aux traitements médicamenteux.

Quels sont les médicaments addictogènes ?

Tous les médicaments, heureusement, ne sont pas susceptibles de créer une dépendance auprès du patient qui les consomme. Néanmoins, l’abus de médicaments, quels qu’ils soient, peut entraîner des risques pour la santé.

Les traitements les plus à risque en termes d’addiction sont ceux que l’on appelle les substances psychotropes ou médicaments psychoactifs. Il s’agit de médicaments qui agissent sur l’activité cérébrale et mentale, largement utilisés pour traiter des troubles psychiques comme la dépression, les troubles de la personnalité, etc. ou pour le sevrage d’autres substances addictives. On y trouve des médicaments comme les antidépresseurs, les anxiolytiques ou encore les neuroleptiques. À savoir que certaines drogues illicites, comme l’ecstasy par exemple, sont également des substances psychotropes.

L’usage d’antalgiques opiacés, prescrits pour lutter contre la douleur, peut aussi créer de la dépendance. C’est par exemple le cas de la codéine, du tramadol, de la morphine et de ses dérivés, etc.

Comment survient la dépendance aux médicaments ?

Comme pour n’importe quelle autre addiction, il existe une dépendance à la fois physique et psychique aux médicaments. La dépendance physique tient surtout à la tolérance croissante du corps face aux médicaments, qui implique une consommation de plus en plus importante pour ressentir les effets de la substance. Le penchant psychique concerne quant à lui le plaisir ressenti par la prise de certains médicaments qui ont un effet euphorisant, tranquillisant, qui diminuent la fatigue, etc. Ce sentiment provoqué par un médicament psychotrope est d’ailleurs la raison première de leur usage récréatif détourné. Et cela n’est pas sans conséquence : une consommation de médicaments addictogènes sans ordonnance ni suivi médical est d’autant plus dangereuse. C’est ce qui explique l’arrêté du 12 juillet 2017 interdisant la vente de codéine et de dérivés de l’opium sans ordonnance.
L’autre problématique psychique avec les médicaments est la ritualisation de la consommation imposée par la posologie, qui crée une habitude dont il peut être difficile de se défaire.

Plus la durée du traitement est longue, plus le risque de devenir dépendant est important. C’est notamment pour cette raison que les benzodiazépines ne doivent généralement pas être prescrites pour une durée supérieure à 4 ou 12 semaines, respectivement pour l’anxiété et pour l’insomnie, ou que la morphine ne peut être prescrite pour une durée supérieure à 28 jours.

Quels sont les signes d’une addiction aux médicaments ?

Les symptômes d’une addiction aux médicaments sont assez communs à ceux d’une dépendance à d’autres substances :

  • difficulté, voire impossibilité, à réduire ou à stopper la prise du médicament ;
  • besoin de consommer des doses de plus en plus importantes ;
  • sensation de manque, d’anxiété et/ou d’irritabilité lorsque le médicament ne fait plus effet ;
  • poursuite du traitement malgré les effets indésirables qu’il procure (que ce soit sur la santé, sur la vie sociale, sur la vie professionnelle, etc.) ;
  • besoin de se procurer le médicament par tous les moyens, y compris de manière illicite quand il n’y a plus d’ordonnance.

Si ces signes d’alerte semblent clairs et faciles à remarquer, ils sont en réalité parfois plus insidieux. Il peut donc être difficile de diagnostiquer le début d’une addiction. Et lorsqu’elle est installée depuis un certain temps, il est d’autant plus difficile de la soigner.

Comment prévenir une addiction à un médicament psychoactif ou antalgique ?

En augmentant considérablement le rythme du cœur et la tension, la cocaïne présente un risque d’arrêt cardiaque ou de crise épileptique, même dès la première prise. Et si une première prise n’a pas semblé avoir d’effets dévastateurs, le risque reste tout aussi présent, voire plus, pour les prises suivantes.

Le fait d’être bien informé sur les médicaments est un premier prérequis pour éviter de sombrer dans la dépendance. Mais le plus important reste de suivre les prescriptions et conseils de son médecin. Il est le plus à même de déterminer quel médicament, quelles doses et quelle durée de traitement sont les plus appropriés pour son patient. Il doit aussi mettre en place une posologie qui vise à réduire peu à peu la fréquence et la quantité consommées, de sorte que le sevrage se fasse de façon naturelle et sans effets indésirables notoires, si ce n’est durant quelques heures ou quelques jours maximum.

Dès les premiers signes d’une addiction potentielle, il convient de prendre à nouveau rendez-vous avec son médecin généraliste ou le spécialiste prescripteur, ou de se rapprocher d’un pharmacien. Ces professionnels pourront alors conseiller le patient et trouver une alternative pour limiter le risque d’addiction.

Enfin, il est important de rappeler les dangers de l’automédication ou de l’achat de médicaments en dehors d’un parcours médical. La codéine, la kétamine, les antidépresseurs et bien d’autres substances peuvent en effet être vendus « sous le manteau », de façon totalement illicite. Cela présente un risque réel : il n’est pas possible d’avoir la garantie qu’il s’agit de médicaments autorisés et ils ne sont pas accompagnés d’une posologie personnalisée ni d’un suivi médical.

Comment sortir de la dépendance médicamenteuse ?

Comme pour l’alcool ou les drogues, faire un sevrage de médicaments seul, sans accompagnement clinique et psychologique, présente un danger. Le corps, habitué aux médicaments, peut réagir de façon violente face à un arrêt soudain de la consommation. Et si l’aspect psychique n’est pas traité dans le même temps, le risque de retomber dans la dépendance est plus fort.

C’est pourquoi la meilleure manière de soigner une addiction aux médicaments est de se tourner vers un médecin : médecin généraliste, psychiatre, addictologue, etc. Il existe aussi des associations qui peuvent aider les personnes addicts aux médicaments, comme SOS Addictions, l’ASUD, Addictions France, etc.
Ces spécialistes pourront diriger le patient vers un hôpital, une clinique ou un centre qui saura mettre en place un sevrage adapté. Effectivement, selon le type de médicament, le profil de l’individu, ses éventuelles pathologies, etc., le sevrage aux médicaments ne se déroulera pas de la même façon et il convient de trouver la solution thérapeutique la plus efficace.