Accueil > Blog > La gestion des addictions en entreprise : les enjeux du télétravail

La gestion des addictions en entreprise : les enjeux du télétravail

La gestion des addictions en entreprise : les enjeux du télétravail

Cigarette, cannabis, médicaments, travail excessif : les sources de conduites addictives sont nombreuses et peuvent être mises en exergue par l’environnement. Parmi les facteurs environnementaux, le cadre professionnel joue un rôle. Et comme le confinement l’a démontré, le développement du télétravail va de pair avec l’augmentation des addictions.

Où en sont les télétravailleurs français face aux risques à la dépendance ? En quoi le télétravail peut-il accroître les comportements de dépendance ? Et comment les entreprises peuvent-elles agir pour prévenir de ces dangers ? Voici les questions essentielles auxquelles nous allons apporter des réponses !

 

Le télétravail, facteur de l’augmentation des addictions

 

La crise sanitaire de la Covid-19 et le travail à distance qui en a résulté ont clairement mis à jour une problématique déjà existante : travailler de chez soi augmente le risque de comportements addictifs. On parle ici aussi bien des « drogues légales » comme le tabac, l’alcool et les médicaments, mais aussi des substances illicites. Et un nouveau phénomène s’est aussi clairement démarqué : le workaholisme, qui correspond à la dépendance au travail, à l’investissement dans une charge de travail excessive et à la difficulté à faire la part des choses entre vie professionnelle et vie personnelle.

Les résultats de l’enquête diligentée par GAE Conseil en novembre 2020, auprès de 3000 personnes, viennent confirmer les précédents constats et études sur le sujet de l’addiction en télétravail. Notons par exemple que la majorité des personnes interrogées affirment avoir accru leur consommation de tabac (75 %), d’alcool (66 %), de cannabis (55 %) et de médicaments (52 %). En plus des faits, la pensée générale tend à montrer que l’addiction risque d’être plus présente en télétravail, car entre 40 et 50 % des managers et salariés estiment que les addictions sont plus fréquentes en télétravail que sur site. À cela s’ajoute le chiffre édifiant sur le workaholisme et plus précisément l’hyperconnexion : 81 % des Français interrogés jugent le risque lié à l’hyperconnexion plus élevé lorsque l’on travaille à domicile.

 

Les causes de la dépendance accrue en télétravail

 

De nombreux éléments peuvent être apportés pour expliquer l’augmentation des addictions diverses chez les travailleurs :

  • L’isolement, qui peut générer un stress et un sentiment de solitude, favorisant la consommation de substances addictives et pouvant créer un cercle vicieux dans l’addiction ;
  • La facilité d’accès aux substances comme le tabac ou l’alcool, que l’on peut aisément consommer chez soi, ce qui n’est pas forcément le cas au travail ;
  • Le travail dans un environnement inadapté (matériel informatique inadéquat, poste de travail non optimisé, trop de promiscuité dans le logement, etc.) créant un inconfort, voire un mal-être, qui peut être à l’origine d’une dépendance accrue ;
  • L’absence ou la réduction de la contrainte sociale imposée au travail, où l’on cherche à cacher ses addictions, ses consommations de médicaments, d’alcool, etc. ;
  • La difficulté à scinder le travail et la vie privée en exerçant chez soi, pouvant générer une incapacité à décrocher du travail, un manque de temps libre pour décompresser, etc., menant directement au workaholisme, mais pouvant aussi favoriser la consommation excessive de substances addictives pour « tenir le coup », pour « se relaxer », etc.

Bien sûr, le télétravail ne doit pas être vu comme la cause majeure d’une addiction, mais il peut constituer un accélérateur ou rendre difficile le processus pour s’en sortir. Et cela ne pose pas uniquement problème aux télétravailleurs eux-mêmes, mais aussi à l’entreprise dans sa globalité.

Découvrez ici le témoignage de Patrick, cadre dans le BTP, sur sa dépendance à l’alcool et son accélération en télétravail pendant le premier confinement. Patrick a pu, grâce à son entreprise, bénéficier d’un programme d’aide aux employés spécialisé en addictologie.

 

Les difficultés que doivent surmonter les entreprises

 

Pour une entreprise, le télétravail représente un obstacle dans la gestion et la prévention des addictions pour ses salariés. En effet, il est bien plus difficile pour les managers de faire de la prévention et de cerner les problématiques lorsque l’on se trouve à distance, et donc d’apporter aide et accompagnement.

Et pourtant, les dépendances jouent à la fois sur la santé, la vie sociale, le bien-être général, et la vie professionnelle. Les entreprises ont donc tout intérêt à se soucier des problèmes d’addiction dont peuvent souffrir leurs salariés, car les conséquences ne sont pas négligeables :

  • Perte de concentration, d’intérêt pour le travail, etc. ;
  • Risque de burn-out, notamment dans le cas du workaholisme ;
  • Mise en arrêt maladie à cause de l’effet de la dépendance sur la santé physique et la santé mentale, etc.
  • Accident de travail

À savoir également que les problèmes d’addiction au travail peuvent aussi avoir un réel impact sur l’image de l’entreprise, de la marque. Cela peut générer une méfiance, voire un boycott, de la part des clients. Et des problèmes de recrutement peuvent aussi en découler.

Tout cela doit amener les entreprises à la prise de conscience de l’importance de gérer les problèmes d’addiction, que ce soit en présentiel ou en télétravail.

 

Les solutions à adopter face à l’enjeu de l’addiction en télétravail

 

La prévention primaire est l’un des leviers sur lequel les managers et directeurs peuvent jouer pour limiter les risques de dépendance des salariés télétravailleurs. Et pour cela, plusieurs actions se révèlent efficaces :

  • Faire perdurer le lien social, en organisant régulièrement des visioconférences, en réalisant des suivis réguliers avec chaque salarié, etc. ;
  • Mettre en place une formation pour les managers (pour apprendre à gérer efficacement son équipe à distance) et pour l’ensemble des salariés (pour apprendre les bonnes pratiques pour gérer son temps, utiliser des méthodes de travail adaptées, faire le distinguo entre professionnel et personnel, etc.) ;
  • Alterner période de télétravail et travail en présentiel;
  • Adhérer à la charte pour le droit à la déconnexion des salariés, afin de limiter les risques de surcharge de travail à domicile ;
  • Encourager les télétravailleurs à exercer des activités extra-professionnelles en dehors de leur domicile, etc.

Cette liste de solutions, non exhaustive, a pour vocation de prévenir les conduites addictives et de réussir à mieux déceler les problématiques auxquelles font face les salariés, et éventuellement à les diriger vers un accompagnement adapté. Découvrez ici notre guide pratique sur les volets juridique et prévention sur la question de la prévention à distance des addictions.