Comment les salariés français perçoivent-ils les actions de prévention des addictions en milieu professionnel ?

Comment les salariés français perçoivent-ils les actions de prévention des addictions en milieu professionnel ?

Les salariés français ont été invité à évaluer l’utilité des actions de prévention de addictions en milieu professionnel dans l’étude Elabe (Novembre 2019). Nous pouvons classer ces actions de prévention selon trois types de mesures :

Les mesures ciblées : elles visent à agir directement avec une personne, en entretien individuel par exemple. Les salariés trouvent cette mesure efficace et utile, dès lors que l’on reste dans une sphère confidentielle. L’entretien individuel et l’orientation vers la médecine du travail sont les deux actions qui sont perçues comme étant les plus efficaces pour aider un salarié en situation de dépendance. 77% des salariés jugent efficace et important d’avoir un entretien avec la personne concernée.

Les mesures globales : ces mesures mettent en exergue des actions collectives venant de l’entreprise, à l’image d’une politique globale de santé et prévention des risques. 75% des salariés pensent efficace la mise en place d’une politique globale de prévention des addictions à échelle de toute l’entreprise. L’engagement de la direction générale doit être marqué pour donner l’exemple et transmettre les valeurs de la politique qui sera mise en place. Pour la mettre en place, 73% jugent efficace l’intervention d’un consultant externe spécialisé en addictologie, 8 salariés sur 10 âgés de 15 à 24 estiment essentiel que les cadres soient spécialement formés à la gestion de ces risques et 7 salariés sur 10 sont favorables à l’intervention d’un Patient Expert en addictologie. Le Pôle Sensibilisation & Formation de GAE Conseil déploie ce type d’actions : des ateliers de sensibilisation et des formations managériales à la gestion de ces risques.

Les mesures coercitives : ces dernières mesures sont des actions d’encadrement, de limitation et/ou de contrôles. Ces pratiques sont perçues comme efficaces par les salariés français dans cette étude. Ainsi 6 salariés sur 10 considèrent l’interdiction de la consommation d’alcool comme une mesure importante. 60% des salariés français jugent également efficace les actions de dépistage d’alcool ou de stupéfiant(s) dans le cadre du travail dans la mesure où ces actions sont prévues au règlement intérieur de l’entreprise.